• Rainy Heart

    Il pleut, lentement, et l'eau ruisselante s'écoule dans les gouttières et sur sur les grandes feuilles de gadone. Quelques flaques éparses se sont formées sur les allées du jardin, troublées par des cercles réguliers qui s'entremêlent parfois. Les gravillons crissent sous ses pas, elle effleure les végétaux de chaque côté, faisant tomber des gouttelettes à sa suite. Celles venant du ciel glissent le long de ses mèches brunes et sur sont visage, dissimulant les quelques larmes qui roulent sur ses joues.

    Cette silhouette légère se déplace parmi les ombres des arbres. Quiconque la verrait de loin remarquerait bien évidemment son air mélancolique, mais il ne saurait pas si ce qu'il voit est réel ou non tellement elle donne l'impression de se situer hors du temps, et il n'oserait pas l'approcher d'assez près pour distinguer ses yeux rougis.

    Finalement, elle se trouve revenue aux escaliers de pierre massifs de la grande demeure où elle séjourne. Mais elle ne possède pas le courage de pousser la porte et de rentrer, alors elle préfère s'assoir sur les marches, sans se soucier de l'humidité ambiante. Ses membres commencent à être engourdis et elle resserre ses bras autour de ses genoux, comme pour lutter contre les frissons qui parcourent sa peau.

    Soudain il est là, agenouillé à côté d'elle.

    "Liz' ?"

    Elle plonge son regard bleuté dans le sien, quasiment sans expression. Et lui en voyant cela, se mord la lèvre inférieure. il aimerait bien la prendre dans ses bras pour la consoler, la réchauffer et la ramener à l'intérieur, mais il ne peut pas.

    "Tu vas être malade si tu restes ici, viens."

    La jeune fille l'entend, le comprend, mais elle ne bouge pas d'un millimètre. Il ne veut pas la laisser ici dans cet état, toutefois il n'arrive pas à se résoudre à la soulever non plus. Pas immédiatement.

    "Liz' réponds-moi s'il-te-plait..."

    "Je... Je vais bien."

    Il soupire et enlève délicatement les mèches de cheveux mouillées de son front, dégageant complètement les iris de son interlocutrice. Elle lui semble un peu fragile, plus fragile qu'à l'ordinaire, mais encore assez forte pour prétendre qu'elle n'est pas brisée.

    "Cesse de mentir, si tu allais bien tu n'aurais pas marché une heure dehors, sous la pluie, et tu ne serais pas ici. Viens, je vais te faire un thé."

    Elle se laisse faire lorsqu'il la relève, puis la tire derrière lui en tenant sa main gelée. Il la guide jusqu'à l'intérieur, l'eau de leurs vêtements s'égouttant sur le sol immaculé. Lizzy ne dit rien,lui non plus. Il se contente de lui poser une grande serviette sur les épaules et de la laisser dans sa chambre tandis qu'il retourne à la cuisine pour faire bouillir de l'eau.

    Elle est à nouveau seule, mais cette fois les sons qui lui parviennent sont plus que le simple ruissellement de la pluie. Quelqu'un entre dans une pièce puis en ressort. la télévision émet un murmure continu, lointain. Des pas résonnent dans le couloir. Elle entend quelques rires. Le bruit d'un robinet que l'on ouvre. Finalement, elle sort de son état hébétude, lentement, et se lève pour ouvrir son armoire. Elle n'avait pas pris beaucoup de vêtement pour venir ici, il ne lui reste plus qu'un pantalon et un débardeur. peut-être qu'elle pourrait demander à Caterina quelque chose de plus chaud, mais elle n'a pas le courage d'y aller.

    Lorsqu'elle sort finalement de son espace, elle frissonne encore un peu. Ses cheveux humides sur ses épaules, malgré ses efforts pour les faire sécher. Il l'attend dans la cuisine, avec deux tasses posées devant lui. Pour pallier à l'obscurité qui envahit progressivement les lieux, les luminaires dégagent une lumière diffuse.

    by Tama


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :